Vous êtes ici

Stutzmann Dominique

Dominique Stutzmann

Identité
Stutzmann
Dominique

Téléphone(s): 

01 44 43 91 25
Activités

Statut : 

en activité

Présentation: 

Archiviste paléographe (2002), docteur en histoire (2009), et recruté comme chargé en recherche (1re classe) en octobre 2010 avec un projet de recherche présenté sous le titre «Code graphique et normes sociales : pour une analyse électronique des écritures médiévales», mes recherches actuelles portent, d'une part, sur le système graphique des écritures médiévales dans l'espace français du xiie au xve siècles et sur les modalités de leur évolution et, d'autre part, sur l'élaboration d'une «paléographie artificielle», c'est-à-dire l'application de l'intelligence artificielle pour avancer nos connaissances en histoire de l'écriture.

Mes recherches consistent, en partant de l'analyse codicologique et paléographique des manuscrits, à développer une compréhension globale des phénomènes scripturaux en tant que faits culturels et sociaux. Ces recherches s'inscrivent pleinement dans le cadre des Humanités numériques et de ce que Mike Kestemont et moi avons appelé «paléographie artificielle». En effet, je mets à profit l'informatique et l'intelligence artificielle pour la reconnaissance et la caractérisation des formes d'écriture, permettant à l'ordinateur non seulement de lire les manuscrits médiévaux, mais de participer à l'étude de l'évolution graphique et des phénomènes sociaux (classification automatisée des écritures, datation des manuscrits, reconnaissance des mains). Ainsi, dans le projet de recherche HIMANIS, par exemple, nous sommes parvenus – ce qui est une première mondiale – à lire et indexer avec succès un très large corpus de sources médiévales, en l'occurrence plus de 70 000 pages des registres du Trésor des chartes.

Cette spécificité m'a conduit à développer des collaborations très approfondies avec les spécialistes des sciences de l'ingénieur, y compris dans le cadre de partenariats avec des collectionneurs, mécènes et entreprises privés. Je pilote ainsi de nombreux projets, financés à hauteur de plus de deux millions d'euros par des institutions nationales, européennes ou internationales.

  • HOME (JPI Cultural Heritage, 2018-2020, subvention 422 k€), visant à la création d'un environnement de recherche permettant des recherches dans les cartulaires et registres médiévaux européens ;
  • HORAE (ANR, 2018-2021, subvention 402 k€), visant à l'étude du texte des livres d'heures manuscrits du Moyen Âge ;
  • Horae Pictavenses (Biblissima, subvention 31 k€), visant à l'étude des livres d'heures manuscrits et imprimés, de la Médiathèque de Poitiers et des livres d'heures à l'usage de Poitiers ;
  • ECMEN (Ville de Paris, 2015-2019, subvention 260 k€) ;
  • HIMANIS (JPI Cultural Heritage, 2015-2017, subvention 410 k€) et carnet de recherche himanis.hypotheses.org
  • Saint-Bertin, centre culturel du viie au xviiie siècle (Biblissima, 2014-2015, subvention 135 k€) ;
  • ORIFLAMMS (ANR, 2013-2016, subvention 241 k€) : présentation sur le site de l'ANR, Carnet de recherche oriflamms.hypotheses.org, rapport final, corpus en open access sur Github [https://github.com/oriflamms/], logiciel d'alignement en open source [https://github.com/Liris-Pleiad/oriflamms
  • Saint-Omer (IRHT, EPHE, ENC, 2010-..., financement 30 k€) ;
  • Succès des textes (mécénat, 2012-2017, subvention 149 k€) et publication de la base FAMA.
  • Collectionneurs (mécénat, 2012-2017, 12 k€) ;
  • Formes à toucher (GIS Sourcem, 2012-2013, 7,5 k€), ayant abouti à la création d'une application iPad en open source disponible à l'adresse suivante : https://github.com/ivato/OAProto/ [présentation sur le site de la BNF : http://actions-recherche.bnf.fr/BnF/anirw3.nsf/IX01/A2015000495_formes-a-toucher].

Deux nouveaux projets viennent d'être financés : HOME et HORAE, qui se fondent sur le succès du projet HIMANIS. En appliquant les mêmes technologies d'intelligence artificielle et de reconnaissance d'écriture manuscrite pour les textes médiévaux et en mettant en œuvre les technologies de linguistique computationnelle (reconnaissance d'entités nommées, détection de parallèles textuels), nous avons l'ambition de créer des contextes nouveaux d'analyse des sources médiévales : identification des personnes et des lieux, analyse de réseaux humains et textuels, etc.

En parallèle, j'ai coorganisé deux compétitions en informatique sur des corpus annotés ont permis d'approfondir notre compréhension des types d'écritures au Moyen Âge (voir le site des compétitions : http://clamm.irht.cnrs.fr/).

Ainsi, mon activité de recherche scientifique vise à établir de nouveaux standards pour l'analyse de la civilisation écrite, en positionnant la paléographie dans le champ des humanités numériques et en ouvrant le dialogue avec les sciences de l'ingénieur, tout en réaffirmant sa place comme discipline de l'histoire visant à étudier les normes sociales induites par la civilisation de l'écrit et la communication.

Mon activité se répartit harmonieusement entre plusieurs pôles qui s'enrichissent réciproquement. L'encadrement de la recherche avec la responsabilité de l'équipe de «paléographie latine» à l'IRHT (un ingénieur de recherche titulaire et quatre ingénieurs en CDD) complète le pilotage des projets financés et favorise la recherche disciplinaire d'excellence, notamment avec un travail approfondi de dépouillement et d'analyse des sources. Les résultats de mes recherches ouvrent de nouvelles perspectives sur la manifestation d'identités collectives par l'écriture, sur le rôle prescriptif de l'Ordre cistercien dans la diffusion des textes et sur le développement des collections livresques monastiques bénédictines, sur les connotations sociales de l'écriture et le domaine du sacré, sur le rapport de l'écriture à la vérité.

La recherche de haut niveau est un préalable à un dialogue interdisciplinaire réussi, tant entre humanités et sciences de l'ingénieur qu'entre les différents champs des humanités. Deux de mes projets associent des chercheurs en analyse d'image, et nous avons les meilleurs résultats au monde en alignement texte-image. Mes projets en humanités décloisonnent de même histoire, linguistique, histoire de l'art, diplomatique etc. Le tout est sous-tendu par une réflexion sur la normalisation, les formats et l'interopérabilité.

L'enseignement et la transmission se nourrissent de ces recherches. Outre de nombreuses communications, l'encadrement d'étudiants de master, je suis chargé de conférence à l'École Pratique des Hautes Études (Paléographie médiévale et édition électronique) et intervenants dans plusieurs formations et séminaires. J'ai également été commissaire de l'exposition Jeux de mains : portraits de scribes (sept-déc. 2015), dont les forts taux de fréquentation ont confirmé qu'il est possible de transmettre des savoirs de haut niveau à un large public.

Disciplines: 

Paléographie

Domaines d'études linguistiques: 

Latin
Langues romanes
Bibliographie
Situation administrative

Etablissement de rattachement: 

CNRS-IRHT

Date d'entrée à l'IRHT: 

10/2010

Equipe(s) de rattachement: 

Statut administratif: 

Chargé de recherche

Position IRHT: 

Permanent CNRS