Vous êtes ici

La persuasion cistercienne (XIIIe-XVIe s.). Le «Dialogue des miracles» de Césaire de Heisterbach et sa réception

Descriptif

Autre(s) organisateur(s): 

Marie Anne POLO DE BEAULIEU
Victoria SMIRNOVA
Jacques BERLIOZ

Le colloque international « La persuasion cistercienne. xiiie-xvie siècle). Le Dialogue des miracles de Césaire de Heisterbach et sa réception » aura lieu à l'Institut national d'histoire de l'art à Paris du 25 au 26 juin 2013.

Le « faire croire » s’applique particulièrement bien au genre des exempla homilétiques, anecdotes exemplaires destinées à illustrer un point de doctrine ou de morale dans un sermon. Ces formes brèves qui innervent toute la littérature didactique et morale sont l’objet de recherches intenses par diverses équipes, dont le GAHOM (Groupe d'anthropologie historique de l'Occident médiéval) porteur du projet en collaboration avec l’IEA (Institut d’études avancées de Paris). Dans plusieurs recueils d’exempla, la forme dialoguée joue un rôle herméneutique fondamental qui permet d'organiser une véritable théologie narrative ancrée dans la vie quotidienne, traversée par les miracles et les visions, particulièrement dans le milieu monastique.

Le Dialogue des miracles a été composé, en latin, entre 1219 et 1223 par le cistercien d’Empire Césaire de Heisterbach. Cette œuvre est un dialogue entre un novice et un moine, sur des sujets embrassant la vie du moine, et au-delà celle des chrétiens, et sur les moyens efficaces de lutter contre le diable. Vaste parcours de l’entrée au monastère jusqu’à la mort, divisé en douze sections, il comprend près de 800 récits exemplaires, en majorité personnels et originaux. Les récits de Césaire ont eu un immense succès au Moyen Age (porté par les manuscrits puis par l'imprimé). Mais loin de rester confinés dans le monde cistercien, ces récits gagnent la prédication des ordres mendiants, irriguent la Devotio moderna, et nourrissent les missions des Jésuites (aux Amériques). C’est ainsi que le Dialogus miraculorum fait un pont entre le milieu monastique et les ordres mendiants et canoniaux ainsi que les fidèles visés par leur intense pastorale mais également un pont entre le Moyen Age et les Temps modernes, entre l’Ancien Monde et le Nouveau Monde.

En changeant de public, en étant traduits, la forme et le sens des récits changent, tout en restant les instruments efficaces d'une vaste entreprise de persuasion. Ce recueil forme un objet remarquable d’études. Il propose en effet un impressionnant ensemble d’images propres au « faire croire » médiéval et ensuite moderne. Cet ouvrage destiné aux Cisterciens a gagné très vite un vaste public grâce à des récits mis en scène dans une langue alerte qui met toutefois en œuvre une belle rhétorique classique. Le colloque s’articulera autour des notions d’efficience et d’efficacité. Efficience à travers l’analyse de l’œuvre elle-même, dans ses atouts rhétoriques ; efficacité dans sa diffusion par la prédication, dans la réception vaste de l’œuvre, sous forme manuscrite et imprimée, dans le changement de la forme (traductions) et du sens des récits, notamment dans la prédication jésuite aux Amériques.

Informations pratiques

Type d'événement: 

Colloque

Conditions d'accès: 

Libre

Date de début et fin: 

25/07/2013 to 26/07/2013

Dates des séances: 

25/06/2013 - 11:00
26/06/2013 - 09:30

Autre(s) lieu(x): 

Institut National d’Histoire de l’Art, Paris (salle Walter Benjamin)

6, rue des Petits-Champs, 75002 Paris ou 2, rue Vivienne, 75002 Paris

Métro : ligne 1 : Palais royal ; ligne 3 : Bourse ; ligne 7, 14 : Pyramides