Musicologie, philologie et médiévistique face aux mythes et croyances : l'historiographie du Cantus (590-1071)

Notes musicales
Equipe
Organisateurs IRHT
Descriptif

Les travaux sur un corpus important de manuscrits, doublés d'une multitude de fragments d'archives et bibliothèques de plusieurs chercheurs impliqués dans ce séminaire, invitent à une réflexion de fond sur les méthodes historiques et philologiques dans la précision de l’origine et datation, ainsi que dans l'édition des textes liturgiques, la transcription et l'étude des chants latins du haut Moyen Âge.

Ces perspectives ont aussi des implications évidentes pour la médiévistique et se tournent tout autant vers des étudiants et chercheurs non liturgistes ni musicologues. En effet, la transversalité de la musique liturgique, notamment du cantus, dans ses différentes familles progressivement unifiées par les réformes imposant progressivement une "romanisation", invite historiens des institutions des sociétés et mentalités, historiens d'art, ainsi que philologues, codicologues, à rejoindre ce groupe de recherche sur la question de l'impact des mythes et croyances hérités de discours historiographiques sous-jacents, sur les méthodes philologiques : orientation du stemma sur un archétype unique, gestion des variances d'ordo, de texte, de mélodie, sélection des témoins pour l'édition critique d'un corpus, sélection de centres dits régulateurs...

À partir d'un corpus constitué d'une douzaine de répertoires partagés entre le chant dit grégorien (romano-franc), avec toutes ses variances et acculturations locales, les rites wisigothique et ambrosien, les rites mixtes plus locaux (Come, Eusebiano), sera proposé à un large auditoire de confronter les discours historiographiques hérités en partie des histoires « mythiques » de la musique (Grégoire et la colombe, Pépin-Charlemagne et la substitution du chant romain au gallican, légendes des concurrences entre antiphonaires et chantres -Adémar de Chabannes, Pierre Damien, suppression autoritaire du rite wisigothique...) à la réalité des sources et de leur transmission.

Dans la continuité de la « nouvelle histoire » de l’École des Annales (Marc Bloch), il s’agira de déconstruire partiellement ce « grand récit » qui domine jusqu’à présent l’historiographie du cantus, afin de rendre place aux « petites histoires » perceptibles dans l’analyse immanente des manuscrits. L'enjeu d'un tel programme se situe au cœur des questions d’identité(s) culturelle(s) d'une Europe partagée entre Empires et nations, centralisme et fédéralisme d'unités régionales. les répertoires musicaux et leur circulation y dessinent des voies apparaissant inédites mais trop peu intelligibles dans un xxie siècle déjà bien engagé dans des problématiques identitaires qui manquent de souplesse intellectuelle et sensible, dans une compréhension pertinente de la devise de l'Europe : unitas in diversitas...

  • Vendredi 16 décembre, 10h-12h30 (Bibliothèque Sainte-Geneviève) ; 15h-17h30, Campus Condorcet, Aubervilliers avec Susana Zapke (Wien), Frank Lawrence (Dublin) et Jean-François Goudesenne

Programme de la séance

  • Historiographie du chant « grégorien » aux 19e-20e siècles
  • Préfaces des traités de Gui d’Arezzo et de Gui d’Eu (chant cistercien)
  • Les traditions mélodiques normandes
  • Présentation de manuscrits, fragments et ouvrages imprimés anciens

INFORMATIONS PRATIQUES

Type d'événement: Séminaire
Conditions d'accès
Libre
Date des séances
16/12/2022 - 10:30
16/12/2022 - 15:00
Lieu :

Bibliothèque Sainte-Geneviève/Campus Condorcet