Vous êtes ici

Histoire des bibliothèques anciennes

Descriptif
Avignon, BM, ms. 6733, f. 55v

Organisateur(s) IRHT: 

Autre(s) organisateur(s): 

Shapovalova Anastasia

La section de Codicologie, histoire des bibliothèques et héraldique de l’IRHT organise un séminaire-atelier consacré aux recherches en cours sur les bibliothèques du haut Moyen Âge à la fin du xviiie siècle. Commencé dans le cadre du projet BiblIFraM financé par l'ANR (Les bibliothèques, matrices et représentations des identités de la France médiévale, 2008-2012), le séminaire se veut un lieu de rencontre et d'échanges pour les chercheurs et les universitaires qui s’intéressent à l'histoire des livres et des textes.

Programme 2019-2020

A venir.

Programme 2018-2019

17 mai 2019 — Bibliothèques italiennes du haut Moyen Âge

  • Patrizia Stoppacci (Università di Perugia) : « Le miroir d’une bibliothèque : les Institutiones de Cassiodore et Vivarium ».
  • Giacomo Vignodelli (Università di Bologna) : « Nel laboratorio di una scuola episcopale del secolo X: le fonti del Polipticum quod appellatur Perpendiculum e la Biblioteca Capitolare Eusebiana al tempo di Attone di Vercelli (924-958) ».

5 avril 2019 — « Origines et provenances des manuscrits de la bibliothèque de Saint-Bertin »

  • Introduction – Dominique Stutzmann : Le projet "Saint-Bertin, centre culturel du VIIe au XVIIIe siècle"

Première partie — Traces d'une bibliothèque en activité : marques de provenance et catalogues 

  • Joanna Fronska (IRHT) : Les marques de provenance de Saint-Bertin, des origines au XIIe siècle
  • Marlène Helias-Baron (IRHT) : Les marques de provenance et catalogues de Saint-Bertin, du XIIIe au XVIIIe siècle

Seconde partie — Avant et hors de la bibliothèque

  • Dominique Stutzmann : Les médiévistes face à la documentation des érudits modernes : la bibliothèque de Saint-Bertin. La bibliothèque de Saint-Bertin a fourni des textes pour de multiples éditions, des premiers temps humanistes aux Mauristes. Cette histoire est déjà partiellement connue et on en donnera seulement des exemples. Après avoir évoqué les notes du ms. Paris, BnF, Picardie 63, où J. Delmulle a identifié la main de Mabillon, cette intervention se concentrera sur le catalogue BMMF 1733, daté par les BMMF "1004 (circa)", et dont la tradition, depuis sa copie par dom Berthod jusqu'à l'édition de G. Becker, est à la source de multiples incertitudes et d'importantes erreurs.
  • Claudia Rabel (IRHT) : Les manuscrits vus par Martène et Durand
  • Joanna Fronska : La marque des origines: les manuscrits produits à Saint-Bertin

15 mars 2019 — Bibliothèques monastiques orientales

  • Esther Garrel (Université de Strasbourg) : « Lectures monastiques à Thèbes (Haute Égypte) aux VIIe-VIIIe siècles ».

La présentation se propose d’interroger l’existence de bibliothèques monastiques dans la nécropole thébaine, réoccupée à l’époque chrétienne par des ermites et des moines, à travers les indices livrés aussi bien par les restes de littérature que par les textes documentaires. Par ailleurs, il s’agira de mettre en évidence le lien entre cette littérature et le développement de la nouvelle église sévérienne qui s’ancre dans la tradition monastique égyptienne.

  • Olivia Adankpo-Labadie (École française de Rome) : « Que sait-on des bibliothèques monastiques de l’Éthiopie médiévale ? Une étude des listes de livres des monastères de Dabra Māryām et Dabra Bizan (nord de l’Éthiopie, XVe siècle) ».

Le monachisme en Éthiopie constitue un processus ancien, cependant peu documenté avant le XIIe siècle. Il faut attendre les XIVe et XVe siècles pour observer le développement du monachisme dans l’ensemble du royaume et de son corollaire, l’essor de la production documentaire rédigée principalement en guèze, la langue de culture et la langue liturgique. Localisés aux marges septentrionales de l’Éthiopie, les monastères de Dabra Māryām et de Dabra Bizan ont été fondés dans le dernier quart du XIVe siècle par les disciples d’Ēwosṭātēwos (Eustathe sous forme francisée), un moine hétérodoxe, mort en exil en Arménie. Malgré leur mise au ban de la société chrétienne, les moines de Dabra Māryām et de Dabra Bizan sont parvenus à consolider leurs établissements en développant les activités de copie, de lecture et d’enseignement. De nombreuses listes de livres retranscrites au cours du XVe siècle dans ces deux monastères témoignent de la richesse de leurs collections. L’analyse de ces listes, qui seront replacées dans leur contexte culturel, historique et documentaire, permettra de mieux comprendre ce que pouvait être une bibliothèque à Dabra Māryām et à Dabra Bizan à cette période. Il s’agira également de réfléchir aux spécificités éventuelles de ces collections conservées au sein de monastères hétérodoxes.

15 février 2019 — Reconstituer des bibliothèques perdues

  • Synnøve Midtbø Myking (IRHT) : Livres et collections en Norvège médiévale - que nous racontent les vestiges fragmentaires ?

Le livre manuscrit, ainsi que la langue latine, est introduit en Norvège avec l’imposition de la religion chrétienne, processus qui s’achève vers l’an 1030. Pendant cinq siècles, jusqu’à la Réforme protestante, le pays fait partie d’une culture textuelle « européenne » qui laisse sa marque sur la société norvégienne : des œuvres importantes y sont introduites, traduites, transformées ; des livres manuscrits y sont importés, copiés, employés comme des symboles de luxe aussi bien que comme de simples objets d’usage quotidien.

Pourtant, de cette culture il ne nous reste plus maintenant que des vestiges. Devenus obsolètes lors de la Réforme, la plupart des manuscrits de provenance norvégienne ont été découpés, le parchemin ayant été réutilisé dans d’autres buts, notamment pour la reliure. Excepté quelques codices subsistants, les fragments sont les seuls témoins des livres manuscrits de la Norvège médiévale. D’un autre côté, nos connaissances des collections médiévales sont d’une nature indirecte : elles se basent sur quelques listes et inventaires désignant des livres actuellement perdus. Les fragments permettent toutefois de reconstruire, littéralement et métaphoriquement, la nature et les caractéristiques des livres qui ont existé, ou qui ont dû exister, dans le pays avant le seizième siècle, malgré les nombreuses lacunes de l’histoire du livre norvégien.

  • Anastasia Shapovalova (IRHT) : La bibliothèque de travail d'un médecin humaniste de la fin du XVe siècle : Girolamo Ramusio et ses lectures.

Girolamo Ramusio († 1486), médecin arabisant, poète et humaniste, qui a fait ses études à l’université de Padoue, est le premier à entreprendre la révision de la traduction médiévale du Canon d’Avicenne préparée par Gérard de Crémone à la fin du XIIe siècle. Ramusio a réalisé la plus grande partie de son projet de transcription et de traduction du Canon à Damas, où il s’est installé en qualité de médecin du consulat vénitien après de longs voyages ; son décès précoce a mis fin à son œuvre, jamais éditée mais étudiée par les médecins arabisants du XVIe s. Les livres du médecin et traducteur en voyage ont dû être rapatriés à Venise après la mort de Ramusio (comme c’était le cas pour son manuscrit autographe de transcription et de révision du Canon) et dispersés par la suite. Un incunable provenant de cette petite « bibliothèque » découvert récemment, nouveau témoin clé de ce travail intense, nous permet de mieux imaginer les livres et les lectures de « Ramusius Ariminensis » en l’absence d’inventaires.

30 novembre 2018 – Les bibliothèques médiévales normandes d'après les sources modernes

  • Stéphane Lecouteux (Ville d’Avranches — CRAHAM) : Éclairer l’histoire de la bibliothèque du Bec à la lumière des sources modernes (XVIIe-XXIe siècles)
  • Frédéric Duplessis (Fondation Thiers – IRHT) : La bibliothèque de l’abbaye de Saint-Évroult à travers ses catalogues modernes
  • Jérémy Delmulle (IRHT – LEM) : Deux nouveaux catalogues médiévaux de bibliothèques normandes

Programme 2017-2018

10 novembre 2017 — Séance inaugurale

8 décembre 2017 — Autour du projet Fragmentarium

  • Pierre CHAMBERT-PROTAT (École française de Rome) : Éparpillés façon puzzle : Baluze et les fragments de manuscrits lyonnais

La bibliothèque municipale de Lyon conserve parmi ses manuscrits, sous une cote pareille aux autres, une boîte de fragments hétéroclites et déreliés. Plusieurs de ces fragments ont d'abord été rapprochés de codices endommagés qui sont conservés dans le même fonds, ce qui a affecté la conservation matérielle au point de remettre en question la notion de cote. Puis d'autres, ou les mêmes, ont été rapprochés de fragments conservés à Paris, et qui ont en commun d'avoir appartenu à Étienne Baluze. De proche en proche, l'unité de provenance et la dispersion actuelle de ces fragments installent une tension significative : elles permettent de suggérer de nouveaux rapprochements, mais surtout gardent la mémoire des événements qui ont défait et refait les collections : la dispersion violente de la bibliothèque canoniale de la cathédrale de Lyon, et l'appétit du savant collectionneur dont Colbert avait fait son bibliothécaire.

  • Veronika DRESCHER (Université de Fribourg / EPHE) : Faire revivre la bibliothèque de Saint-Père-en-Vallée : les possibilités et les défis de la fragmentologie numérique

L’incendie de la bibliothèque municipale de Chartres en 1944 a détruit ce qui était avant la guerre l'une des trois bibliothèques françaises les mieux pourvues en manuscrits anciens. Ce qui nous reste aujourd’hui est une collection dont les états de conservation sont très inégaux : des codices presque intacts aux morceaux de parchemin isolés, fondus et carbonisés. Tout travail sur les manuscrits de l’ancienne abbaye de Saint-Père-en-Vallée exige des méthodes qui épargnent les originaux fragiles. Cette intervention parlera dans une première partie de l’histoire du fonds médiéval de la bibliothèque de Saint-Père et des sources qui nous restent pour l’étudier. La deuxième partie présentera les possibilités qu’offre l’application web Fragmentarium pour la recherche sur les manuscrits de Chartres et pour la présentation de cette collection en ligne.

26 janvier 2018 — Reliures et fragments

  • Judith KOGEL (IRHT) : Fragments d’histoire : de la bibliothèque médiévale des Juifs de Colmar aux fonds alsaciens du XIXe siècle

Le projet Books within Books: Hebrew Fragments in European Libraries a pour objectif de repérer, cataloguer et identifier les fragments de manuscrits hébreux médiévaux trouvés dans des reliures de livres, d’archives et registres notariés à travers l’Europe. En Alsace, trois institutions conservent des fragments qui témoignent de l’histoire dramatique des communautés juives médiévales de la région : la Bibliothèque municipale de Colmar, la Médiathèque André Malraux et la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg. L’étude de ces fragments miraculeusement conservés m’a permis de reconstituer la bibliothèque virtuelle des juifs de Colmar au Moyen Âge et de mieux comprendre ainsi leurs centres d’intérêt intellectuels.

  • Anastasia SHAPOVALOVA et Élodie LÉVÊQUE (IRHT – National Library of Ireland) : Beurrière ou reliure ? Défets et réemplois dans les reliures de l’abbaye de Clairvaux

L’activité de la bibliothèque de l’abbaye de Clairvaux, fondée en 1115, couvre la totalité de la période médiévale, puis moderne ; et son large fonds en fait l’une des bibliothèques monastiques les plus importantes de l’Occident chrétien. Sur les 1115 volumes médiévaux subsistants, 500 environ ont conservé leur reliure d'origine, permettant ainsi une vision globale des usages de fragments manuscrits dans la fabrication du livre. En nous appuyant sur une sélection de reliures caractéristiques, issues des campagnes majeures de Clairvaux, nous essaierons de comprendre à quel moment ces feuillets furent réemployés et changèrent de statut. Valorisation, oubli ou désuétude ? Nous aborderons la question de la fonction du fragment selon le type de texte ou de livre auquel il est associé.

16 mars 2018 — Interpréter les fragments

  • Athanaric HUARD (EPHE / BnF) : Fragments d’Asie centrale : le fonds du monastère bouddhiste de Duldur-Akhur

L’expédition archéologique de P. Pelliot (1906-1908) a rapporté en France d’Asie centrale des fragments de manuscrits du monastère bouddhique de Duldur-Akhur (dans la région de Kucha). Ces textes, rédigés en deux langues (sanskrit et tokharien), sont de nature religieuse et datent approximativement du 6e-8e siècle de notre ère. L’état de dégradation des fragments a compliqué l’étude des deux fonds si bien qu’aucun n’a été complètement catalogué jusqu’à aujourd’hui. Nous expliquerons les problèmes concrets qui se posent lors de la réalisation de cette tâche, à savoir les travaux préliminaires de paléographie et la sélection des variables pertinentes, afin d’esquisser ce qu’a pu être la bibliothèque du monastère.

  • Naïm VANTHIEGHEM (IRHT) : Les fragments papyrologiques arabes de livres et de bibliothèques égyptiennes

La papyrologie arabe, née en France au début du XIXe siècle avec la découverte, en Égypte, de milliers de papyrus, étudie les textes écrits en arabe sur des supports aussi variés que le papyrus, le papier, le parchemin et les tessons de poterie… La plupart des études en papyrologie arabe envisagent les documents de la vie quotidienne qui nous renseignent sur l’Égypte musulmane, tant dans sa dimension politique qu’économique et sociale, et son intégration dans le califat. À côté de ces documents, on trouve dans les collections papyrologiques de nombreux fragments de livres et de bibliothèques qui permettent de retracer des aspects de la vie intellectuelle du pays au Moyen Âge. C’est ce pan sous-exploité de la discipline que nous explorerons ensemble.

18 mai 2018 — Les recueils de fragments de la BnF (La séance du 27 avril est reportée à cette date)

  • Francesco SIRI et Laura ALBIERO (BnF) : Glaner dans le fonds latin de la BnF

La volumétrie des fragments conservés à la BnF est difficile à déterminer : nombre d’entre eux sont encore in situ, d’autres demeurent ramassés dans des boites de conservation, les plus heureux ont été réunis dans des recueils factices réalisés à des époques lointaines. Notre contribution a pour objectif de dresser un premier inventaire des fragments conservés à la BnF, à partir d’un dépouillement systématique du fonds latin (Latin 1-18613). C’est ainsi que l’examen des plusieurs données – l’emplacement, le contenu, la matérialité des fragments – permet d’apprécier un patrimoine encore trop peu connu, et de poser les fondements pour une reconstruction des contextes historiques ayant donné lieu à la fragmentation des manuscrits médiévaux.

  • Jérémy DELMULLE (IRHT / BnF) : Dom Le Michel, dom d’Achery et les recueils de fragments des anciens fonds « Saint-Germain »

Plusieurs des recueils de fragments présents dans le fonds latin de la BnF proviennent de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés. Rassemblant des centaines de fragments, du VIe au XVIe siècle, ils étaient, pour la plupart, déjà formés lors de l’arrivée du fonds à la Bibliothèque nationale en 1795-1796. Une étude systématique de ces recueils, et une confrontation avec la documentation de travail et la correspondance de deux des plus grands érudits des débuts de la Congrégation de Saint-Maur, dom Luc d’Achery et dom Jérôme-Anselme Le Michel, permettent de mettre en lumière l’histoire de ces fragments : prélevés dans des manuscrits de plusieurs abbayes de la Congrégation dans les années 1630-1640, ils ont été envoyés à Saint-Germain-des-Prés pour servir aux travaux d’édition en préparation et ont ensuite été conservés dans la bibliothèque de l’abbaye. En reconstituant la carrière de "chasseur de manuscrits" de dom Le Michel, il est désormais possible de proposer pour chaque fragment une provenance certaine, voire de le replacer dans son contexte d'origine.

8 juin 2018 – Séance de clôture

Programme 2016-2017

14 octobre 2016 – L’érudition mauriste, séance animée par Anne-Marie Turcan-Verkerk

  • Jérémy Delmulle (KU Leuven - IRHT - BnF) : Introduction générale
  • Jérémy Delmulle (KU Leuven - IRHT - BnF) et Frédéric Duplessis (Fondation Thiers - IRHT) : L'apport des mauristes à la bibliothéconomie : ordre de classement, cotation, catalographie

2 décembre 2016 – L’époque révolutionnaire, séance animée par François Bougard

  • Anastasia Shapovalova et Cécile Robin : Les catalogues anciens au service de l’administration révolutionnaire : les sources de l’éclatement des collections

20 janvier 2017 – Bibliothèques idéales, séance animée par Donatella Nebbiai

  • Alessandra Panzanelli Fratoni : Il De Bibliothecis disponendis et informandis di Prospero Podiani
  • Yann Sordet : Des difficultés de penser l’espace à travers l’inventaire

3 mars 2017 – La bibliothèque du collège de Sorbonne, séance animée par Gilbert Fournier

  • Judith Kogel et Gilbert Fournier : L’ordre des livres et la recherche du savoir au collège de Sorbonne (xvie siècle)

12 mai 2017 – Le classement des archives, séance animée par Anne-Marie Turcan-Verkerk

  • Sébastien Barret : Les archives de l’abbaye de Cluny aux xviie et xviiie siècles : classements et explorations
  • Jean-Baptiste Renault : Les archives de Saint-Victor de Marseille à l'époque moderne: pesanteurs du classement, efforts de valorisation et consultation

Le séminaire Histoire des bibliothèques anciennes (HBA) est ouvert à tous. Il a lieu tous les deux mois, le vendredi matin de 10 h à 13 h, à l’IRHT, 40 avenue d’Iéna, Paris 16e, salle Jeanne Vielliard.

contact : jeremy.delmulle@irht.cnrs.fr

Informations pratiques

Type d'événement: 

Séminaire

Conditions d'accès: 

Libre

Date de début et fin: 

22/11/2019 to 12/06/2020

Dates des séances: 

22/11/2019 - 10:00
13/12/2019 - 10:00
17/01/2020 - 10:00
28/02/2020 - 10:00
20/03/2020 - 10:00
24/04/2020 - 10:00
15/05/2020 - 10:00
12/06/2020 - 10:00

Autre(s) lieu(x): 

Bâtiment de recherche Nord
Campus Condorcet
14, cours des Humanités 93322 Aubervilliers cedex