Vous êtes ici

Chartres, restitution d’un fonds de manuscrits médiévaux

Chartres, Bibl. mun., ms. 54

Les études sur l’école chartraine souffrent de la disparition d’une grande partie des manuscrits dans l’incendie de la Bibliothèque municipale de Chartres, en 1944. Sur 2000 manuscrits, 960 ont pu être sauvés, dont 450 datent du Moyen Âge, mais ces documents, brûlés, et pour certains comme vitrifiés, sont très fragiles, les liasses difficiles à identifier et interpréter, et il n’y a pas de classement. Ces vestiges d’une grande importance pour l’histoire intellectuelle de l’Occident médiéval sont donc restés jusqu’à ce jour inaccessibles. En 2006, D. Poirel a monté un projet sur les manuscrits sinistrés de Chartres, qui a reçu un financement du TGE Adonis (70 000 euros) pour rendre à nouveau consultable le contenu de ces manuscrits à l’ensemble de la communauté scientifique, en suivant quatre étapes :

  • Restauration ou préparation des manuscrits en vue de leur reproduction ;
  • Reproduction numérique directe en couleur selon les meilleurs standards ;
  • Identification des textes, édition critique ou étude des œuvres majeures, inédites ;
  • Mise en ligne des reproductions, identifications et travaux engendrés par le projet.

Des collaborations ont été nouées avec la Bibliothèque municipale de Chartres, la Bibliothèque municipale à vocation régionale d’Orléans, le Centre de Recherche sur la Conservation des Collections (CRCC, ancien CRCDG), le service Restauration et le Département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, la Direction du Livre et de la Lecture au Ministère de la Culture et l’Inspection Générale des Bibliothèques. La 3e étape est la plus importante au plan scientifique : une équipe de 21 personnes, membres de l’IRHT ou d’autres institutions, a été réunie afin de travailler à l’identification et à l’étude scientifique des manuscrits et de leurs contenus. L’ensemble sera progressivement et gratuitement consultable par internet grâce à une base de données articulée avec la Bibliothèque virtuelle des manuscrits élaborée par l’IRHT, selon les standards du libre accès. A ce jour, 80 manuscrits ont été intégrés à la BVMM, dont 30, remis en ordre, sont accessibles à la consultation publique.

En outre, depuis décembre 2011, les participants au projet ont entrepris d’examiner 600 liasses de feuillets ou fragments de feuillets, conservées à part car leur contenu n’a jusqu’ici pu être identifiés. A ce jour (avril 2013), environ la moitié de ces liasses ont été examinées et leur contenu a pu être identifié dans de nombreux cas, occasionnant de nombreuses découvertes : délibérations du chapitre cathédral, un exemplaire fin XIIIe s. des Quaestiones de veritate de Thomas d’Aquin, plusieurs manuscrits carolingiens, etc.

Claudia Rabel a assuré la conception scientifique d’un site web dédié au projet, en collaborant avec Régis Robineau, responsable de sa conception et réalisation techniques : « À la recherche des manuscrits de Chartres. Étude et renaissance virtuelle d’un fonds de manuscrits sinistré ». Ce site présente le projet, le corpus des manuscrits concernés (notices, bibliographie, reproductions dans la Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux), les maîtres principaux qui ont fait la célébrité des « écoles de Chartres », les manuscrits chartrains conservés ailleurs, enfin les progrès de l’entreprise.
 

Article du journal du CNRS