Vous êtes ici

Calenda: Moyen- Age

Cultures villageoises au Moyen Âge et à l'Époque moderne

L’objectif de ces XXXVIIe journées de Flaran est d’élargir à la paysannerie le spectre des groupes sociaux en mesure d’élaborer un capital culturel porteur de revendications sociales et politiques. Même absence de restrictions sur les domaines recouverts par la culture, dès lors que celle-ci est envisagée dans une perspective d’histoire sociale : culture politique, culture religieuse, savoir spécialisé dans un domaine professionnel etc. Il s’agira également de voir dans la longue durée, les degrés de literacy des sociétés paysannes, la circulation des modèles culturels vers elles (depuis la ville, le clergé ou la noblesse), leurs dimensions politiques, leur contexte d’apparition, leurs finalités sociales (défense de positions menacées ?)

Estimes, compoix et cadastres de l’Europe médiévale et moderne

Ce colloque entend faire le point sur les travaux sur les anciens cadastres réalisés au cours de cette décennie, mais aussi les mettre en perspective à travers les recherches conduites en Italie et en Espagne. Si le colloque de Bercy s’était placé dans l’optique d’une histoire fiscale, le regard se porte ici sur le document en tant que tel, dans son aspect matériel, comme à travers les termes qui le désignent, les rubriques qui le composent ou encore sa répartition sur le territoire. Il s’agit par conséquent de caractériser, de définir au mieux et de comprendre un instrument emblématique de la vie des communautés d’habitants, rurales et urbaines.

La culture matérielle : un objet en question

Alors que, dans les années 1960-1970, le concept de culture matérielle a été un outil heuristique important, mobilisé par historiens et archéologues, il a depuis connu un relatif effacement. Son utilisation a permis de faire converger de nombreuses problématiques et d’intégrer les objets dans leur matérialité même, et non seulement dans leur représentation écrite. La convergence entre archéologie et histoire, de même d’ailleurs qu’un certain usage de l’ethnographie ont été liés au désir de connaître les conditions de vie des plus humbles, c’est-à-dire non pas des marginaux et des exclus, mais des travailleurs dont l’activité a rendu possible la croissance médiévale comme la reprise du XVe siècle. Le but de cette première réunion en 2015 sera double : étudier l’historiographie de la culture matérielle et définir un programme scientifique qui permette de progresser dans notre compréhension de cet objet d’étude.

Stage d'initiation au manuscrit médiéval et au livre humaniste (domaines latin et roman)

L’IRHT organise un stage annuel d’initiation au manuscrit médiéval et au livre humaniste, destiné aux étudiants de Master I et II et thèse en lettres, en philosophie, en histoire (notamment de l'enluminure). Pour donner une perspective d’ensemble du travail et de la recherche sur les manuscrits, différents thèmes sont abordés aux cours d’exposés magistraux et de séances ateliers en petits groupes.

Doter pour transmettre ? Une histoire économique et sociale de la famille juive (XVe-XIXe siècle)

L’histoire juive constitue un chapitre important et particulièrement fécond du débat scientifique actuel, autant du point de vue économique et sociale qu’anthropologique, culturel et religieux. À l’intérieur d’un champ de recherche particulièrement vaste, qui identifie les études juives comme un véritable champ disciplinaire, cette journée se propose d’étudier, de manière comparative, un thème spécifique : les formes et les fonctions de l’utilisation des dots.

Bulletin du Centre d'études médiévales d'Auxerre – BUCEMA

Le Bucema 19.2 publié en ligne sur la plateforme Revues.org est en préparation. Nous vous invitons à soumettre votre contribution pour ses différentes rubriques en vue de la publication du numéro varia n° 19.2, à paraître en décembre 2015. Le Bucema, bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre, est une revue scientifique à comité de lecture consacrée aux études sur le Moyen Âge. Fidèle à son principe de diffusion de la recherche en train de se faire et librement accessible, le Bucema continue à mettre l’accent sur l’interdisciplinarité – sciences humaines et sociales, sciences de la nature et mathématiques – , comme le meilleur moyen d’inventer une nouvelle médiévistique.

Moyen Âge et médiévalisme, les formes de la domination

Le Moyen Âge est aujourd’hui un support vivant et chaque fois ré-imaginé par les fictions médiévalistes, sous forme de films, de romans, de jeux-vidéo… Parmi ceux qui produisent ces représentations, certains font d’un Moyen Âge uniformisé le support de leur valeur-travail et de l’efficacité d’une organisation hiérarchique chez « ceux qui ont construit nos cathédrales » ; d’autres évoquent la vie rurale « du Moyen Âge » comme autant de communes libres rétro-projetées sur un passé mythique. Quelles sont les motivations, les intérêts ou les critères sous-jacents à ces choix différenciés ? Nous partons du postulat que la mise en scène contemporaine d’institutions médiévales met souvent en jeu les préoccupations du présent. Représenter le Moyen-Âge est une manière de prendre parti dans les débats, luttes et engagements contemporains.

Dante – deux catégories-clés : Struttura/Poesia et Figura

750 ans désormais… mais de qui ou bien de quoi ? Les nombreuses initiatives par lesquelles, en cette année 2015, on célèbre Dante autour du monde constituent un lumineux paradoxe. Nous fêtons aujourd’hui un anniversaire que Dante lui-même, tout en se complaisant de citer la constellation des jumeaux qui lui avait fait don de son « ingegno », n’aurait jamais célébré, car les anniversaires de naissance, à la différence des anniversaires de morts et des saints patrons, sont une pratique culturelle établie au bas Moyen Âge et à l’époque moderne seulement.

« La pitié qu’il y avait au royaume de France… »

Jeanne d’Arc, figure sans visage aux cents visages, est une « légende vivante » (Michelet) dont Napoléon et Schiller ont fait l’incarnation de la nation en armes, un symbole depuis lors sans cesse revivifié autant que martyrisé par les médiations historiographiques, littéraires, filmiques, populaires ou commerciales et les factions militantes qui s’en disputent l’héritage. L’objet de ces journées d’études sera d’analyser la construction et les appropriations politico-confessionnelles du mythe depuis son origine, de confronter les représentations polymorphes de la Jeanne politique (discursives, iconiques, plastiques) dans l’espace public.

Lettres et conflits dans l’Occident tardo-antique et médiéval

La lettre peut-elle être une arme de guerre ? Depuis plusieurs années, différents programmes européens explorent les ressources de l’art épistolaire, qui sert tout autant à maintenir le lien entre des amis éloignés, que la haine ou la controverse entre des protagonistes qui ne peuvent, ou ne veulent, se rencontrer.

Les historiographies des mondes normands, XVIIe-XXIe siècle

Le colloque se propose d’examiner les « modèles historiographiques », élaborés pour l’étude des mondes normands médiévaux. On entendra par-là, les grilles d’interprétation du passé qui orientent durablement notre lecture et notre compréhension des faits historiques dans chacun des pays ou régions concernés par l’expansion des Normands. Concernant la période viking et l’installation des Scandinaves dans différentes régions de l’Europe, les questionnements ont été différents et les réponses pour tenter de les résoudre ont fortement influencé chacune des historiographies.

Les secrétaires royaux et princiers

Le projet Cartul@rium (http://cartularium.uni-trier.de) est né d’une action pilote intitulée « Méthodologie de publication bilingue d’archives médiévales de la Grande Région », menée sous l’égide de l’université de la Grande Région (Lorraine, Luxembourg, Rhénanie-Palatinat, Sarre, Wallonie). Elle réunit historiens et philologues médiévistes s’intéressant aux principautés situées entre la Meuse et le Rhin et surtout aux documents de la pratique qui en émanent. La journée d’études sera consacrée essentiellement aux secrétaires royaux et princiers du moyen âge tardif voire de la première modernité. Fidèles à l’esprit interdisciplinaire et plurilingue qui caractérise le travail de l’équipe, les contributions aborderont la pratique des secrétaires, notamment ceux des Angevins, autant sous un angle linguistique qu’historien, en passant par la paléographie.

Visibilité et présence de l'image dans l'espace ecclésial

Cette journée d’étude s’attache à une double interrogation concernant la présence des images et leur visibilité dans l’espace ecclésial, à travers le croisement des sources textuelles et des œuvres. Deux critères sont retenus pour penser ces notions : la mobilité (le mouvement en général) et la fixité. Ils permettent de prendre en compte les multiples jeux d’échelles à l’œuvre dans ce lieu rituel qu’est l’église, impliquant des objets, des manuscrits, des dispositifs liturgiques, des gestes, des déplacements physiques, dialoguant avec un décor appliqué au corps même du monument, épousant le caractère immobile de l’architecture. L’interprétation de la visibilité de l’image et des dynamiques qui animent et structurent le lieu de culte ne peut se passer d’interroger parallèlement les textes liturgiques, monastiques, théologiques ou hagiographiques, afin de tenter de mettre en rapport le discours des sources avec le témoignage des œuvres.

L’Architecture islamique : histoires et pratiques architecturales

La notion d’architecture islamique renvoie à la production artistique développée sous la domination musulmane entre le VIIe et XIXe siècle. Le programme riche et diversifié (maisons, palais, caravansérails, khans, médersas, hôpitaux, bains,…) qui illustre l’architecture islamique a interpellé les voyageurs, les archéologues, les architectes et les historiens. Les études historiques, présentées sous forme de monographies, de synthèses et d’essais, visaient la connaissance des dimensions formelles, ornementales, constructives, et symboliques de l’art islamique en général. Elles ont évolué de la définition des variations de style et des spécificités régionales vers la reconstitution des processus de fabrication et de gestion des édifices. L’historiographie produite à travers le temps dépasse largement la connaissance de la réalité de cette production architecturale pour orienter les regards vers l’héritage islamique et les pratiques architecturales.

La traduction « empêchée », les supercheries et les catastrophes

Les clercs médiévaux ont été les premiers à faire de la traduction une liturgie de la secondarité et une éthique de la subjectivité ; ils ont été également les acteurs d’une sélection intellectuelle et littéraire, qui pour être moins visible, et moins étudiée, n’en constitue pas moins la trace d’une certaine imperméabilité du monde médiéval. À côté de la formidable entreprise de forgerie du présent à travers la réécriture du passé qu’a été la translatio studii, ces admirateurs des auctoritates en ont délaissé plus d’une. Ces absences sont d’autant plus frappantes, que la traduction, l’adaptation, la citation, y compris non créditée et donc pouvant faire transiter dans la culture vernaculaire aussi des seniores théoriquement incompatibles avec l’horizon chrétien, apparaissent comme consubstantielles à l’œuvre du clerc médiéval.

Résistances au Moyen Âge

Cette table ronde porte sur le thème des « résistances » au bas Moyen Âge.

Les figurations visuelles de la parole

Depuis 2011, l’équipe Musiconis propose une réflexion collective sur la représentation du son, en tant qu’il est visuellement signifié mais aussi directement figurable, dans les images de performances vocales, instrumentales et orchestiques du Moyen Âge. Le colloque Musiconis a pour ambition d’élargir sa problématique centrale, à la fois sur un plan chronologique, puisqu’il embrasse une période allant de l’Antiquité classique à la Renaissance, et sur un plan théorique, puisqu’il propose la prise en compte de tous les types de signes visuels qui sont susceptibles de rendre compte de la nature des sons auxquels ils se réfèrent, qu’ils soient figuratifs, mathématiques, graphiques, calligraphiques, épigraphiques, chromatiques, ornementaux, compositionnels, substantiels, etc.

Pages